• 25/04/23 : Lafayette Anticipations, Paris - 19h - Lancement de la nouvelle traduction de 4:48 Psychose de Sarah Kane par Vanasay Khamphommala, avec une lecture par Guslagie Malanda et une discussion entre la traductrice et l'éditrice du texte. - Gratuit sur réservation !
  • 03/05/24 : Librairie À la marge, Montreuil - Soirée de poésie queer avec Joëlle Sambi, Aurélie Olivier, Rim Battal, et bien d'autres !
  • 03/05/24 : Librairie Millepages, Vincennes - 19h30 - Remise de la mention spéciale du prix Millepages à Sonia Chiambretto pour son livre Peines mineures. - En savoir plus
  • 09/05/24 : Festival Aux 4 coins du mot, La Charité-sur-Loire - Rencontre avec Joëlle Sambi et Claire Stavaux autour de la collection "Des écrits pour la parole" à 18h30, suivie du spectacle Caillasses Live de Joëlle Sambi et Sara Machine à 23h. - En savoir plus
  • 02/06/24 : La Villette, Paris - Rencontre croisée avec Joëlle Sambi, Victor Malzac et Rim Battal dans le cadre du festival Mot pour mots. - En savoir plus
  • 20/06/24 : Librairie La Petite Egypte, Paris - Soirée musicale autour de L'opéra de quat'sous de Bertolt Brecht, avec Alexandre Pateau, traducteur, et Vincent Leterme, chef de chant à la Comédie-Française.
Connexion ou créer un compte
Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Une nuit arabe / Push Up

Comme le théâtre anglais et français depuis quelques années, les pièces de Schimmelpfennig reprennent et reflètent le changement de notre mode de perception, de notre vie. Il va de soi que la télévision et la publicité y contribuent de tout leur poids. Cette prise en compte, ce renouvellement sont indispensables pour capter l’attention d’un public qui, en prenant place au théâtre, ne peut faire abstraction de son vécu quotidien.

Schimmelpfennig transforme la scène en un espace où rêve et réalité se croisent continuellement. Il y parvient grâce à des techniques littéraires empruntées au nouveau roman et, bien sûr, au cinéma, permettant des changements d’angle sans la moindre difficulté. Cette mobilité (verbale) enlève à la scène sa lourdeur ancienne – comment bouger le décor ? – et lui confère un caractère plus spirituel ; exactement à l’opposé du réalisme habituel de la télévision. l’efficacité de cette écriture est d’autant plus étonnante que ses thèmes appartiennent à la sphère du quotidien. Dans Une nuit arabe, c’est une coupure d’eau dans un immeuble HLM qui déclenche « l’histoire » et dans Push Up, ce sont les conflits humains dans une entreprise qui déterminent la « marche des choses ».

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Une nuit arabe (Arabische Nacht, traduction Johannes Honigmann et Laurent Muhleisen)
  • Push up (Push up, traduction Henri-Alexis Baatsch)

Comme le théâtre anglais et français depuis quelques années, les pièces de Schimmelpfennig reprennent et reflètent le changement de notre mode de perception, de notre vie. Il va de soi que la télévision et la publicité y contribuent de tout leur poids. Cette prise en compte, ce renouvellement sont indispensables pour capter l’attention d’un public qui, en prenant place au théâtre, ne peut faire abstraction de son vécu quotidien.

Schimmelpfennig transforme la scène en un espace où rêve et réalité se croisent continuellement. Il y parvient grâce à des techniques littéraires empruntées au nouveau roman et, bien sûr, au cinéma, permettant des changements d’angle sans la moindre difficulté. Cette mobilité (verbale) enlève à la scène sa lourdeur ancienne – comment bouger le décor ? – et lui confère un caractère plus spirituel ; exactement à l’opposé du réalisme habituel de la télévision. l’efficacité de cette écriture est d’autant plus étonnante que ses thèmes appartiennent à la sphère du quotidien. Dans Une nuit arabe, c’est une coupure d’eau dans un immeuble HLM qui déclenche « l’histoire » et dans Push Up, ce sont les conflits humains dans une entreprise qui déterminent la « marche des choses ».

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Une nuit arabe (Arabische Nacht, traduction Johannes Honigmann et Laurent Muhleisen)
  • Push up (Push up, traduction Henri-Alexis Baatsch)