• 29/06/24 : Marathon des mots, Toulouse - 18h30 - Nicolas Maury lira 4:48 Psychose de Sarah Kane, à l'occasion de la nouvelle traduction du texte par Vanasay Khamphommala. - Réservation obligatoire !
  • 16/07/24 : Théâtre Transversal, Avignon - 18h - Lecture de la nouvelle traduction de 4:48 Psychose de Sarah Kane par Nanténé Traoré.
  • 17/07/24 : Festival d'Avignon, Cloître Saint-Louis - 10h30 - Table ronde des Assises de la diversité, autour du thème "(Re)penser la diversité à l’aune de l’intersectionnalité" avec Patricia Allio, Yinka Esi Graves, Penda Diouf, Agnès Saal, Marine Bachelot Nguyen, Pauline Legros et Claire Stavaux, directrice des éditions de L'Arche. - Entrée libre !
  • 18/09/24 : Librairie L'Atelier, Paris - Lancement exceptionnel du livre Pocahontas au pays des merveilles de Klaus Theweleit, en présence de l'auteur et de son traducteur Christophe Lucchese !
  • 19/09/24 : Goethe Institut, Paris - Rencontre croisée entre Klaus Theweleit et Georges Arthur Goldschmidt, à l'occasion de la sortie de Pocahontas au pays des merveilles.
  • 20/09/24 au 22/9/24 : Halles de Schaerbeek, Bruxelles - L'Arche sera présente au Poetik Bazar pendant tout le weekend ! - En savoir plus
Connexion ou créer un compte
Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Si ce n'est toi / Existence / Chaise

Si ce n’est toi nous amène dans l’Angleterre totalitaire et aseptisée de 2077. Une femme entend un bruit à la porte mais personne n’est là. Plus tard le mari, en uniforme, revient et lui parle d’une rencontre avec une vieille femme errant avec un tableau dans une partie détruite de la ville. Lorsqu’on frappe de nouveau à la porte, un étranger se présente – en fait un frère oublié. Il raconte que les bureaux ne fonctionnent plus, que des employés se sont jetés du haut du toit. Plus d’électricité, plus de travail. Très étrange tout cela mais curieusement aussi très drôle. Bond a-t-il raison quand il prétend être un auteur comique ?

Chaise nous mène dans un lotissement de banlieue. Une femme protège un jeune homme du monde extérieur, en le tenant enfermé dans un deux-pièces. Un jour, à cause d’une chaise, le monde frappe à la porte. Suspicion, surveillance à l’extrême, personnages énigmatiques, mouvements au ralenti : la tension qui en découle caractérise également la pièce Existence, qui raconte un cambriolage à couper le souffle. On se rappelle que Bond fut, entre autres, le scénariste de Blow up de Michelangelo Antonioni.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Si ce n'est toi (Have I none, traduction Michel Vittoz)
  • Existence (Existence, traduction Michel Vittoz)
  • Chaise (Chair, traduction Michel Vittoz)

Si ce n’est toi nous amène dans l’Angleterre totalitaire et aseptisée de 2077. Une femme entend un bruit à la porte mais personne n’est là. Plus tard le mari, en uniforme, revient et lui parle d’une rencontre avec une vieille femme errant avec un tableau dans une partie détruite de la ville. Lorsqu’on frappe de nouveau à la porte, un étranger se présente – en fait un frère oublié. Il raconte que les bureaux ne fonctionnent plus, que des employés se sont jetés du haut du toit. Plus d’électricité, plus de travail. Très étrange tout cela mais curieusement aussi très drôle. Bond a-t-il raison quand il prétend être un auteur comique ?

Chaise nous mène dans un lotissement de banlieue. Une femme protège un jeune homme du monde extérieur, en le tenant enfermé dans un deux-pièces. Un jour, à cause d’une chaise, le monde frappe à la porte. Suspicion, surveillance à l’extrême, personnages énigmatiques, mouvements au ralenti : la tension qui en découle caractérise également la pièce Existence, qui raconte un cambriolage à couper le souffle. On se rappelle que Bond fut, entre autres, le scénariste de Blow up de Michelangelo Antonioni.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Si ce n'est toi (Have I none, traduction Michel Vittoz)
  • Existence (Existence, traduction Michel Vittoz)
  • Chaise (Chair, traduction Michel Vittoz)