• 29/06/24 : Marathon des mots, Toulouse - 18h30 - Nicolas Maury lira 4:48 Psychose de Sarah Kane, à l'occasion de la nouvelle traduction du texte par Vanasay Khamphommala. - Réservation obligatoire !
  • 16/07/24 : Théâtre Transversal, Avignon - 18h - Lecture de la nouvelle traduction de 4:48 Psychose de Sarah Kane par Nanténé Traoré.
  • 17/07/24 : Festival d'Avignon, Cloître Saint-Louis - 10h30 - Table ronde des Assises de la diversité, autour du thème "(Re)penser la diversité à l’aune de l’intersectionnalité" avec Patricia Allio, Yinka Esi Graves, Penda Diouf, Agnès Saal, Marine Bachelot Nguyen, Pauline Legros et Claire Stavaux, directrice des éditions de L'Arche. - Entrée libre !
  • 18/09/24 : Librairie L'Atelier, Paris - Lancement exceptionnel du livre Pocahontas au pays des merveilles de Klaus Theweleit, en présence de l'auteur et de son traducteur Christophe Lucchese !
  • 19/09/24 : Goethe Institut, Paris - Rencontre croisée entre Klaus Theweleit et Georges Arthur Goldschmidt, à l'occasion de la sortie de Pocahontas au pays des merveilles.
  • 20/09/24 au 22/9/24 : Halles de Schaerbeek, Bruxelles - L'Arche sera présente au Poetik Bazar pendant tout le weekend ! - En savoir plus
Connexion ou créer un compte
Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Débris / Après la fin

Crucifixion du père orchestrée avec ingéniosité, étouffement de la mère étranglée par un os de poulet, préférant préserver l'enfant dans son ventre plutôt que sa propre vie, l'enfance de Michael et Michelle est pavée de sacrifices familiaux. Abandonnés, abusés et sevrés d'amour, il ne leur reste qu'à s'inventer un univers fantasmagorique, aux frontières du soutenable, pour tenter de trouver un sens à leur condition. Dans Débris, la réalité glisse et se dérobe d'une scène à l'autre. Tels de cruelles échappatoires à la solitude de leurs vies orphelines, les mondes déployés par ces deux enfants ressemblent à un récit des origines, biblique et organique, où persiste l'espoir que tout n'est pas écrit d'avance. Et où éclot, contre toute attente, l'amour filial.

Dans Après la fin, Louise se réveille dans un abri souterrain suite à une explosion nucléaire. Mark prétend l'avoir sauvée à la sortie du pub et la maintient sous haute protection. Imposant à Louise « un jeu de rôles » brouillant les frontières entre le réel et la fiction, Mark s'avère un hôte confondant et colérique. Parfois les rapports de domination s'inversent.
Qui persécute qui ? Jusqu'où iront ces deux survivants murés dans leur abri antiatomique ?

Créant du jeu au sein de ses récits, Dennis Kelly nous livre des dissections dramatiques sur du vivant. Avec une délectation suffocante.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Débris (Debris, traduction Philippe Le Moine et Pauline Sales)
  • Après la fin (After the end, traduction Pearl Manifold et Olivier Werner)

Crucifixion du père orchestrée avec ingéniosité, étouffement de la mère étranglée par un os de poulet, préférant préserver l'enfant dans son ventre plutôt que sa propre vie, l'enfance de Michael et Michelle est pavée de sacrifices familiaux. Abandonnés, abusés et sevrés d'amour, il ne leur reste qu'à s'inventer un univers fantasmagorique, aux frontières du soutenable, pour tenter de trouver un sens à leur condition. Dans Débris, la réalité glisse et se dérobe d'une scène à l'autre. Tels de cruelles échappatoires à la solitude de leurs vies orphelines, les mondes déployés par ces deux enfants ressemblent à un récit des origines, biblique et organique, où persiste l'espoir que tout n'est pas écrit d'avance. Et où éclot, contre toute attente, l'amour filial.

Dans Après la fin, Louise se réveille dans un abri souterrain suite à une explosion nucléaire. Mark prétend l'avoir sauvée à la sortie du pub et la maintient sous haute protection. Imposant à Louise « un jeu de rôles » brouillant les frontières entre le réel et la fiction, Mark s'avère un hôte confondant et colérique. Parfois les rapports de domination s'inversent.
Qui persécute qui ? Jusqu'où iront ces deux survivants murés dans leur abri antiatomique ?

Créant du jeu au sein de ses récits, Dennis Kelly nous livre des dissections dramatiques sur du vivant. Avec une délectation suffocante.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Débris (Debris, traduction Philippe Le Moine et Pauline Sales)
  • Après la fin (After the end, traduction Pearl Manifold et Olivier Werner)