Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Trois usages de la lame

Pourquoi le théâtre préoccupe-t-il encore notre époque inondée d'informations et de divertissements ? David Mamet estime que la tendance à écrire du théâtre demeure essentielle à la nature humaine et que nous créons du drame à partir de tout et dans tous les domaines de notre existence. Mais la plus forte expression de cette tendance s'exprime encore et toujours dans le théâtre.
La plupart des pièces écrites et jouées ces dernières années ne nous offrent selon David Mamet que de pâles consolations : elles cherchent à nous montrer plus puissants que nous sommes - et serons jamais. Le résultat de cette réflexion est un traité électrisant sur l'art du dramaturge qui ouvre aussi plus largement sur le paradoxe humain de vouloir paraître toujours plus fort, alors que notre faiblesse surgit d'autant plus frappante.

Les autres livres de David Mamet à L’Arche

Pourquoi le théâtre préoccupe-t-il encore notre époque inondée d'informations et de divertissements ? David Mamet estime que la tendance à écrire du théâtre demeure essentielle à la nature humaine et que nous créons du drame à partir de tout et dans tous les domaines de notre existence. Mais la plus forte expression de cette tendance s'exprime encore et toujours dans le théâtre.
La plupart des pièces écrites et jouées ces dernières années ne nous offrent selon David Mamet que de pâles consolations : elles cherchent à nous montrer plus puissants que nous sommes - et serons jamais. Le résultat de cette réflexion est un traité électrisant sur l'art du dramaturge qui ouvre aussi plus largement sur le paradoxe humain de vouloir paraître toujours plus fort, alors que notre faiblesse surgit d'autant plus frappante.

Traducteur

  • Marie Pecorari

Fiche technique

  • Publié en 2013
  • 80 pages
  • Prix : 17.50 €
  • Langue source : anglais
  • ISBN : 9782851817969

Les autres livres de David Mamet à L’Arche