Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Guerre et paix - Considérations politiques

Ici sont publiées pour la première fois les interventions du romancier dans le domaine de la politique : de 1914 à sa mort en 1962, cet homme, qui détestait la politique, n’a cependant jamais renoncé à y faire entendre sa voix. Socialisme, communisme, république de Weimar, nazisme, antisémitisme, aucune des questions qui ont marqué au fer rouge le siècle dernier n’est passée sous silence.

Dans ce recueil, Hesse se présente d’abord comme un Allemand qui décide en 1914 de ne pas suivre sa patrie dans la guerre ; réfugié en Suisse, il ne cessera d’appeler à la fin du massacre. Le retrait est ainsi le geste fondateur de sa pratique de la politique, véritable péché originel aux yeux de nombre de ses concitoyens.

Hesse incarne la figure du grand écrivain qui, dans la tradition de Goethe, ne se mêle pas de politique, mais ne renonce certes pas à exercer un magistère spirituel et moral sur la communauté politique à laquelle il appartient. C’est enfin un intellectuel dont le jugement n’a jamais vacillé au cours des décennies. Alors que les temps y étaient propices, il n’a jamais changé de rôle ni de bord.

Guerre et paix - Considérations politiques

Auteur

Ici sont publiées pour la première fois les interventions du romancier dans le domaine de la politique : de 1914 à sa mort en 1962, cet homme, qui détestait la politique, n’a cependant jamais renoncé à y faire entendre sa voix. Socialisme, communisme, république de Weimar, nazisme, antisémitisme, aucune des questions qui ont marqué au fer rouge le siècle dernier n’est passée sous silence.

Dans ce recueil, Hesse se présente d’abord comme un Allemand qui décide en 1914 de ne pas suivre sa patrie dans la guerre ; réfugié en Suisse, il ne cessera d’appeler à la fin du massacre. Le retrait est ainsi le geste fondateur de sa pratique de la politique, véritable péché originel aux yeux de nombre de ses concitoyens.

Hesse incarne la figure du grand écrivain qui, dans la tradition de Goethe, ne se mêle pas de politique, mais ne renonce certes pas à exercer un magistère spirituel et moral sur la communauté politique à laquelle il appartient. C’est enfin un intellectuel dont le jugement n’a jamais vacillé au cours des décennies. Alors que les temps y étaient propices, il n’a jamais changé de rôle ni de bord.