Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Les Bâtisseurs d'Empire ou Le Schmürz

Papa, maman, leur petite Zénobie, la bonne. Un petit appartement avec bibelots et buffet Henri II. Cela ne promet guère l’aventure. Seulement voilà, il y a le schmürz... C’est un homme qui vit avec eux, assis dans un coin. Son rôle ? Recevoir des coups en silence. Papa et maman s’en donnent à cœur joie ; la bonne frappe de temps en temps, un peu à contre-cœur. Zénobie s’y refuse, elle cherche à entrer en contact avec lui mais rien à faire. Il y a aussi le Bruit : la rumeur qui, de temps à autre, monte dans l’escalier. Aussitôt, la famille effrayée déménage à l’étage au dessus. Mais l’appartement est toujours plus petit. Jusqu’où cela ira-t-il ?
Dans la dernière pièce de Boris Vian, on trouve à la fois les merveilles du théâtre de l’absurde – avec les jeux sur le langage, l’alliance entre cocasse et cruauté – et une représentation de l’oppression. Qui est le schmürz ? Quel est cet être à qui la société bourgeoise fait violence sans le voir ? Dans la France de 1957-1959, et en pleine guerre d’Algérie, on ne peut s’empêcher de penser à la figure du travailleur immigré.
Les Bâtisseurs d’Empire ou Le Schmürz est la dernière et la plus jouée des pièces de Boris Vian.

Papa, maman, leur petite Zénobie, la bonne. Un petit appartement avec bibelots et buffet Henri II. Cela ne promet guère l’aventure. Seulement voilà, il y a le schmürz... C’est un homme qui vit avec eux, assis dans un coin. Son rôle ? Recevoir des coups en silence. Papa et maman s’en donnent à cœur joie ; la bonne frappe de temps en temps, un peu à contre-cœur. Zénobie s’y refuse, elle cherche à entrer en contact avec lui mais rien à faire. Il y a aussi le Bruit : la rumeur qui, de temps à autre, monte dans l’escalier. Aussitôt, la famille effrayée déménage à l’étage au dessus. Mais l’appartement est toujours plus petit. Jusqu’où cela ira-t-il ?
Dans la dernière pièce de Boris Vian, on trouve à la fois les merveilles du théâtre de l’absurde – avec les jeux sur le langage, l’alliance entre cocasse et cruauté – et une représentation de l’oppression. Qui est le schmürz ? Quel est cet être à qui la société bourgeoise fait violence sans le voir ? Dans la France de 1957-1959, et en pleine guerre d’Algérie, on ne peut s’empêcher de penser à la figure du travailleur immigré.
Les Bâtisseurs d’Empire ou Le Schmürz est la dernière et la plus jouée des pièces de Boris Vian.

Fiche technique

  • Publié en 1959
  • 72 pages
  • Prix : 11.00 €
  • Langue source : français
  • ISBN : 9782851810236